496

25 décembre 496
Baptême de Clovis. C'est à la vertu et à la beauté de la pieuse Clotilde que l'Eglise catholique dut la conquête la plus importante qu'elle ait faite après celle du grand Constantin. Les prières et les larmes de cette épouse vertueuse avaient été longtemps inutiles ; mais enfin, l'instant marqué par la Providence arriva. Clovis combattant contre les Allemands, près de Tolbiac, et voyant ses troupes qui pliaient, fit voeu d'adorer le Dieu de Clotilde, s'il le rendait vainqueur. Le Dieu de Clotilde envoya la victoire ; Clovis, à son retour, se montra fidèle au voeu qu'il avait fait d'embrasser le christianisme. Il reçut le baptême par le ministère de saint Remi, qui dans cette auguste cérémonie, lui parla avec une dignité évangélique : « Sicambre, dit le prélat, autrefois si fier, si farouche que la grâce rend aujourd'hui si humble et si soumis, plie le cou, adore ce que tu as brûlé, et brûle ce que tu as adoré. » L'exemple de Clovis fut suivi par une foule de Français, qui demandèrent le baptême.
C'est à l'occasion du baptême de Clovis, qu'un ange apporta du ciel la Sainte-Ampoule (fiole pleine de beaume que l'on conservait dans l'église de Reims, et qui servait au sacre des rois).Il exista pendant longtemps un ordre de la Sainte-Ampoule, fondé par Clovis ; les chevaliers s'appelaient chevaliers de saint Remi ; ils portaient au cou un ruban de soie noire, où étit attachée une croix, au centre de laquelle était une colombe, tenant dans son bec la Sainte-Ampoule ; au revers, on voyait l'image de saint Remi, avec ses vêtements potificaux, tenant dans sa main droite la Sainte-Ampoule, et de la gauche sa crosse.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×