1783

4 novembre 1783
Mort du chansonnier et auteur dramatique Collé. Lui-même s'estimait doué des plus rares qualités et du talent le plus original, mais ses pièces nous apparaissent aujourd'hui bien plates. Il fut surtout un grand amuseur et le boute-en-train des soirées parisiennes les plus réussies. « Je suis né gai, écrivait-il. Je donnais ma gaieté à tout le monde : aux femmes de la Cour comme aux comédiennes, aux belles de jour comme aux belles de nuit ! » Surnommé le chantre du jus de la treille ou le glouglou fait homme, car il aimait le vin, il aimait encore plus célébrer l'amour, et en termes fort grivois. Plus une pièce de Collé était crue, plus elle avait de succès. « Ces scènes croustilleuses, écrit-il dans son Journal, la manière dont elles étaient rendues, la franche gaieté qu'elles y mettaient, les ordures gaillardes, enfin jusqu'à leur prononciation vicieuse et pleine de cuirs, faisaient rire à gueule ouverte et à ventre déboutonné tous ces seigneurs de la Cour qui n'étaient pas tout à fait dans l'habitude d'être ainsi grossiers ! » Gros calembours et lourdes allusions faisient pâmer d'aise une société qui passe cependant à nos yeux pour la plus raffinée qui ait jamais été.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site